Académie de Saumur – enfances sur les bords de la Loire

A part des problèmes de grammaire ou de syntaxe latines, les jeunes écoliers d’antan avaient des soucis d’ordre bien pratique à gérer. Comment se procurer des livres scolaires à bon prix ? Où trouver une maison d’accueil décente pour le temps de l’étude qu’ils passaient le plus souvent loin de leur foyer familial ? Écoutons les régents et les élèves de l’Académie de Saumur, fréquentée au XVIIe siècle par les fils de  gentilshommes protestants souhaitant leur donner une formation à la fois intellectuelle, civique et religieuse :

L’art de parler aux yeux des enfants selon Comenius

Déçu par la didactique du latin que proposaient les écoles de son temps, Jan Amos Komensky (1592-1670), un Frère morave vivant à l’exil, développe sa propre méthode qui fait l’économie de longues explications de la part du maître. En 1658, il publie à Nuremberg Orbis sensualium pictus, le premier manuel de langue illustré.

Comenius, Orbis sensualium pictus, Nuremberg, Michel Endter, 1558 © BnF/Gallica

Lire la suite

L’adolescence et le jeu selon le recueil de sentences du XVIIIe

Le fonds ancien de la Médiathèque Louis Aragon au Mans commence petit à petit à nous livrer ses secrets ! Il conserve non seulement des ouvrages pédagogiques et des manuels scolaires publiés ou utilisés dans la région, mais aussi des notes et des cahiers d’élèves, d’étudiants ou de régents (p. ex. des thèses des élèves du collège de La Flèche, ou des cours abrégés de différentes matières) dont l’encre est certes pâlie, mais qui gardent encore des traces de l’expérience scolaire dans les Pays de la Loire.

Voici un humble recueil de sentences latines provenant du XVIIIe siècle: Lire la suite

Connaissez-vous Mathurin Cordier?

Professeur de grammaire latine, auteur d’une œuvre consacrée à la pédagogie, et en particulier aux méthodes d’apprentissage du latin, Mathurin Cordier (1479-1564) représente parfaitement le souci érasmien d’introduire de la douceur dans les méthodes d’éducation et de lier ensemble apprentissage du savoir et éveil à la piété.

L’année même de sa mort en Suisse – où il s’était exilé pour fuir les répressions contre les protestants après l’Affaire des Placards – il publie les Colloquiorum scholasticorum libri III, sans cesse réédités jusqu’au XIXe siècle. À l’instar des Colloques d’Érasme, ce livre a connu un très grand succès bien au-delà du XVIe siècle et bien au-delà du cercle des lettrés puisqu’il pouvait être lu en traduction française à partir de 1576.

Ce succès est peut-être dû à une capacité peu commune de l’auteur de se mettre « à hauteur d’enfant », d’entrer dans les préoccupations enfantines, pour préserver un équilibre entre l’étude et les autres activités : jouer, manger, pisser…

Mêle parfois ébat en ton labeur, Pour travailler après de plus grand cœur.

Lire la suite