Vive les langues mortes

Une page des Institutiones ac meditationes in graecam linguam (1re éd. 1533) de l’helléniste et hébraïste Nicolas Clenard (Nicolaus Clenardus, 1495-1542), [Genève], Jérémie Des Planches, 1580 © Bibliothèque de Genève / E-Rara (Cote : Hb 86).

Les humanistes du XVIe siècle encouragent l’enseignement du grec et se soucient peu d’une pression sociale hostile – hier comme aujourd’hui – à ce qui n’est pas directement utile. Ils invoquent ce beau précepte d’Aristote dans La Politique :

Chercher partout l’utile ne convient pas à des âmes vraiment grandes et à des hommes vraiment libres.

Lire la suite

Académie de Saumur – enfances sur les bords de la Loire

A part des problèmes de grammaire ou de syntaxe latines, les jeunes écoliers d’antan avaient des soucis d’ordre bien pratique à gérer. Comment se procurer des livres scolaires à bon prix ? Où trouver une maison d’accueil décente pour le temps de l’étude qu’ils passaient le plus souvent loin de leur foyer familial ? Écoutons les régents et les élèves de l’Académie de Saumur, fréquentée au XVIIe siècle par les fils de  gentilshommes protestants souhaitant leur donner une formation à la fois intellectuelle, civique et religieuse :

Souvenirs d’enfance

Marguerite de Valois compare la petite enfance aux terres inconnues et sauvages. Pense-t-elle aux singularités du Nouveau Monde que découvrent les géographes de son temps tel André Thevet, le cosmographe des derniers Valois? Selon la reine Margot, l’enfant en bas âge est plus proche d’un petit animal singulier ou d’une plante exotique qui pousse que d’un homme et ses actions ne sont pas dignes d’attention particulière : Lire la suite

Comment apprendre à devenir vertueux

La formation intellectuelle et morale des élites comprenait dans une très large mesure l’enseignement des vertus. Pour cela, le précepteur ou le maître pouvait recourir à des ouvrages de morale qui s’attachaient à décrire le plus précisément possible chacune des vertus.

Vers 1509, François Demoulins de Rochefort rédige un Traité sur les vertus cardinales  qu’il offre à son jeune élève, le futur François Ier (voir le billet précédent). La composition de cet ouvrage rappelle le sens médiéval de miroir usité dans beaucoup de domaines (« miroir du monde », « miroir de l’âme », etc.) pour désigner un ouvrage pédagogique aux prétentions souvent encyclopédiques. Par vertus cardinales, il faut entendre les quatre vertus que sont la prudence, la force, la tempérance et la justice. Lire la suite

La vie mouvementée d’un précepteur à la cour

François Demoulins de Rochefort est le précepteur qui resta le plus longtemps auprès du jeune François d’Angoulême, le futur roi de France. Engagé en 1501 par la mère du dauphin, Louise de Savoie, pour former le futur François Ier, il rédigea une dizaine de manuscrits destinés à l’éducation du prince.

François Demoulins de Rochefort, Traité sur les vertus cardinales (1509), Ms français 12247, fol. 1v © BnF/Gallica

Lire la suite

L’art de parler aux yeux des enfants selon Comenius

Déçu par la didactique du latin que proposaient les écoles de son temps, Jan Amos Komensky (1592-1670), un Frère morave vivant à l’exil, développe sa propre méthode qui fait l’économie de longues explications de la part du maître. En 1658, il publie à Nuremberg Orbis sensualium pictus, le premier manuel de langue illustré.

Comenius, Orbis sensualium pictus, Nuremberg, Michel Endter, 1558 © BnF/Gallica

Lire la suite

Appel à communications

En lien avec l’exposition « Enfances humanistes » et sous l’égide du laboratoire 3L.AM et du programme EnJeu[x], est organisée une Journée d’Études le 17 mai 2018 sur le site de l’Université du Mans avec pour thématique :

L’éducation des filles dans l’Europe des Lumières

Appel à communications

Lire la suite

Le premier livre d’images du futur François Ier

François d’Angoulême a 11 ans – et n’est pas a priori destiné à monter sur le trône de France – lorsque son précepteur François Demoulins de Rochefort, engagé par sa mère Louise de Savoie et logé avec son élève au château royal d’Amboise, lui consacre ce manuscrit du Dialogue sur le jeu (1505) conservé à la BnF. Il ne s’agit pas du tout de parler de jeux d’enfants, mais de mettre en garde contre les effets dévastateurs de la  passion du jeu…

F. Demoulins, Dialogue sur le jeu (1505), Ms. Français 1863 (fol.2: miniature) © BnF / Gallica Allégories : Ira (Colère), Dolor (Douleur), Metus (Crainte), Avaritia (Cupidité), Gaudium breve (Joie brève), Spes maxima (Espoir démesuré)

Lire la suite

Aux confins de l’éducation humaniste

Les nouvelles idées pédagogiques des humanistes se répandent jusqu’aux confins de l’Est de l’Europe moderne. Erazm Gliczner (1535-1603), théologien et pédagogue polonais de confession luthérienne, consacre à l’enfance et à la jeunesse un premier traité pédagogique publié en Pologne : Książki o wychowaniu dzieci barzo dobre, pożyteczne i potrzebne, z których rodzicy ku wychowaniu dzieci swych naukę dołożną wyczerpnąć mogą, Cracovie, M. Siebeneicher, 1558 [Livres sur l’institution des enfants très bons, utiles et nécessaires, dans lesquels les parents peuvent puiser un savoir précis afin de mieux éduquer leurs enfants]. Lire la suite

L’enfant peut-il ingurgiter l’hérésie avec l’alphabet ?

Luther enfant (Portrait de Luther et seize petits sujets relatifs à la vie du réformateur, estampe de J. B. Paravicinus, XVIe siècle, BnF)

Pour soustraire leurs enfants à l’enseignement catholique, les Protestants organisaient des petites écoles dans des endroits écartés de la ville. Plusieurs arrêts du Parlement, entre autres, celui du 6 août 1552, interdisaient de tenir « les écoles secrettes et buissonnières » sans l’autorisation du chantre de l’Église de Paris. Lire la suite

« Le disciple doit aimer / Vanter et louer son maistre »

Dessin anonyme de Dorat le poète, profil à gauche, 1585. Recueil. Portraits au crayon dessinés, attribués à Foulon etc.

Ronsard est lyrique à l’égard de son maître Jean Dorat, le poète à la parole dorée, l’âme de la Pléiade, l’Homère du Limousin: Lire la suite

Contrepoint

Editio princeps, 1554, couverture.

Histoire plaisante, facétieuse, et récréative du Lazarille de Tormes espagnol : en laquelle l’esprit mélancolique se peut recréer & prendre plaisir, augmentée de la seconde partie nouvellement traduite de l’espagnol en français, trad. J. Van der Meeren , Anvers, G. Jansens, 1598 (Chapitre IV, p. 18)

Bien loin de l’enfant de bonne maison éduqué selon les préceptes humanistes, Lazarillo de Tormes représente le pur produit de l’école de la vie, ou plutôt de la survie. Connaître les belles lettres ou les sciences n’est pas son souci, encore moins se conduire de manière civile! Son objectif se limite à accroître son « industrie et cautelle » pour ne pas devenir, avant l’heure, « pâture des vers ». La nécessité est ici maîtresse de vie et le corps, le ventre, parlent avant tout. Lire la suite