Comment apprendre à devenir vertueux

La formation intellectuelle et morale des élites comprenait dans une très large mesure l’enseignement des vertus. Pour cela, le précepteur ou le maître pouvait recourir à des ouvrages de morale qui s’attachaient à décrire le plus précisément possible chacune des vertus.

Vers 1509, François Demoulins de Rochefort rédige un Traité sur les vertus cardinales  qu’il offre à son jeune élève, le futur François Ier (voir le billet précédent). La composition de cet ouvrage rappelle le sens médiéval de miroir usité dans beaucoup de domaines (« miroir du monde », « miroir de l’âme », etc.) pour désigner un ouvrage pédagogique aux prétentions souvent encyclopédiques. Par vertus cardinales, il faut entendre les quatre vertus que sont la prudence, la force, la tempérance et la justice. Lire la suite

L’art de parler aux yeux des enfants selon Comenius

Déçu par la didactique du latin que proposaient les écoles de son temps, Jan Amos Komensky (1592-1670), un Frère morave vivant à l’exil, développe sa propre méthode qui fait l’économie de longues explications de la part du maître. En 1658, il publie à Nuremberg Orbis sensualium pictus, le premier manuel de langue illustré.

Comenius, Orbis sensualium pictus, Nuremberg, Michel Endter, 1558 © BnF/Gallica

Lire la suite