Vive les langues mortes

Une page des Institutiones ac meditationes in graecam linguam (1re éd. 1533) de l’helléniste et hébraïste Nicolas Clenard (Nicolaus Clenardus, 1495-1542), [Genève], Jérémie Des Planches, 1580 © Bibliothèque de Genève / E-Rara (Cote : Hb 86).

Les humanistes du XVIe siècle encouragent l’enseignement du grec et se soucient peu d’une pression sociale hostile – hier comme aujourd’hui – à ce qui n’est pas directement utile. Ils invoquent ce beau précepte d’Aristote dans La Politique :

Chercher partout l’utile ne convient pas à des âmes vraiment grandes et à des hommes vraiment libres.

Lire la suite

« Le disciple doit aimer / Vanter et louer son maistre »

Dessin anonyme de Dorat le poète, profil à gauche, 1585. Recueil. Portraits au crayon dessinés, attribués à Foulon etc.

Ronsard est lyrique à l’égard de son maître Jean Dorat, le poète à la parole dorée, l’âme de la Pléiade, l’Homère du Limousin: Lire la suite

Abécédaires

Les abécédaires étaient-ils réservés aux enfants au XVIe siècle?

Oui, s’il s’agit d’apprendre les rudiments de sa propre langue, mais n’oublions pas que, pour maîtriser le grec et l’hébreu, les humanistes (comme Reuchlin) doivent commencer par assimiler les rudiments contenus dans des livres également appelés « alphabets ». Ce sont d’ailleurs pratiquement les seuls abécédaires parvenus jusqu’à nous, car rien n’incitait à conserver des livres d’usage courant pour enfants!

Alphabetum hebraicum, Paris, C. Wechel, 1533. Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 114 (Photo: PL).