Académie de Saumur – enfances sur les bords de la Loire

A part des problèmes de grammaire ou de syntaxe latines, les jeunes écoliers d’antan avaient des soucis d’ordre bien pratique à gérer. Comment se procurer des livres scolaires à bon prix ? Où trouver une maison d’accueil décente pour le temps de l’étude qu’ils passaient le plus souvent loin de leur foyer familial ? Écoutons les régents et les élèves de l’Académie de Saumur, fréquentée au XVIIe siècle par les fils de  gentilshommes protestants souhaitant leur donner une formation à la fois intellectuelle, civique et religieuse :

Comment apprendre à devenir vertueux

La formation intellectuelle et morale des élites comprenait dans une très large mesure l’enseignement des vertus. Pour cela, le précepteur ou le maître pouvait recourir à des ouvrages de morale qui s’attachaient à décrire le plus précisément possible chacune des vertus.

Vers 1509, François Demoulins de Rochefort rédige un Traité sur les vertus cardinales  qu’il offre à son jeune élève, le futur François Ier (voir le billet précédent). La composition de cet ouvrage rappelle le sens médiéval de miroir usité dans beaucoup de domaines (“miroir du monde”, “miroir de l’âme”, etc.) pour désigner un ouvrage pédagogique aux prétentions souvent encyclopédiques. Par vertus cardinales, il faut entendre les quatre vertus que sont la prudence, la force, la tempérance et la justice. Continuer la lecture

La vie mouvementée d’un précepteur à la cour

François Demoulins de Rochefort est le précepteur qui resta le plus longtemps auprès du jeune François d’Angoulême, le futur roi de France. Engagé en 1501 par la mère du dauphin, Louise de Savoie, pour former le futur François Ier, il rédigea une dizaine de manuscrits destinés à l’éducation du prince.

François Demoulins de Rochefort, Traité sur les vertus cardinales (1509), Ms français 12247, fol. 1v © BnF/Gallica

Continuer la lecture

Le premier livre d’images du futur François Ier

François d’Angoulême a 11 ans – et n’est pas a priori destiné à monter sur le trône de France – lorsque son précepteur François Demoulins de Rochefort, engagé par sa mère Louise de Savoie et logé avec son élève au château royal d’Amboise, lui consacre ce manuscrit du Dialogue sur le jeu (1505) conservé à la BnF. Il ne s’agit pas du tout de parler de jeux d’enfants, mais de mettre en garde contre les effets dévastateurs de la  passion du jeu…

F. Demoulins, Dialogue sur le jeu (1505), Ms. Français 1863 (fol.2: miniature) © BnF / Gallica Allégories : Ira (Colère), Dolor (Douleur), Metus (Crainte), Avaritia (Cupidité), Gaudium breve (Joie brève), Spes maxima (Espoir démesuré)

Continuer la lecture