Vive les langues mortes

Une page des Institutiones ac meditationes in graecam linguam (1re éd. 1533) de l’helléniste et hébraïste Nicolas Clenard (Nicolaus Clenardus, 1495-1542), [Genève], Jérémie Des Planches, 1580 © Bibliothèque de Genève / E-Rara (Cote : Hb 86).

Les humanistes du XVIe siècle encouragent l’enseignement du grec et se soucient peu d’une pression sociale hostile – hier comme aujourd’hui – à ce qui n’est pas directement utile. Ils invoquent ce beau précepte d’Aristote dans La Politique :

Chercher partout l’utile ne convient pas à des âmes vraiment grandes et à des hommes vraiment libres.

Néanmoins, des nuances se font jour entre des établissements protestants davantage « philhellènes » et des établissements catholiques plus méfiants. S’il est admis que les précepteurs royaux doivent être lettrés en grec, s’il est vrai que le collège jésuite de La Flèche est pourvu dès son ouverture (1604) d’un professeur de grec, l’Église continue à avoir de fortes préventions contre cette langue ancienne.

L’Église reproche à l’étude du grec d’encourager le libre examen et l’individualisme en donnant un accès direct aux Évangiles, sans passer par les traductions latines et les commentaires autorisés. Elle ne voit non plus d’un bon œil l’intérêt porté à de faux dieux et à des cultes païens.

Représentation de Dionysos dans les pages liminaires de : Les poésies d’Anacreon et de Sapho, traduites en françois, avec des remarques par Madame Dacier, Amsterdam, veuve de Paul Marret, 1716 © Zentralbibliothek Zürich (Cote : 25.58).

Quant à la lecture d’auteurs profanes enthousiasmants comme Homère, elle risque tout bonnement de détourner les esprits de la théologie…

Homère « prince des poètes », traduit en vers français par Hugues Salel : Les dix premiers livres de l’Iliade d’Homère prince des poetes, Traduictz en vers Francois, par M. Hugues Salel, de la chambre du Roy, & Abbé de S. Cheron, Paris, Vincent Sertenas, 1545, p. XIX © Bibliothèque de l’Arsenal (RESERVE FOL-BL-519)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *