Comment apprendre à devenir vertueux

La formation intellectuelle et morale des élites comprenait dans une très large mesure l’enseignement des vertus. Pour cela, le précepteur ou le maître pouvait recourir à des ouvrages de morale qui s’attachaient à décrire le plus précisément possible chacune des vertus.

Vers 1509, François Demoulins de Rochefort rédige un Traité sur les vertus cardinales  qu’il offre à son jeune élève, le futur François Ier (voir le billet précédent). La composition de cet ouvrage rappelle le sens médiéval de miroir usité dans beaucoup de domaines (« miroir du monde », « miroir de l’âme », etc.) pour désigner un ouvrage pédagogique aux prétentions souvent encyclopédiques. Par vertus cardinales, il faut entendre les quatre vertus que sont la prudence, la force, la tempérance et la justice.

Le feuillet consacré à la justice permet d’appréhender la méthode du pédagogue. L’auteur présente d’abord une définition de cette vertu (« Justice est une vertus par laquelle le juste demeure paisible en sa juste possession. ») qu’une courte description – en réalité une traduction de Macrobe – vient utilement compléter (« L’office de justice est de faire rendre à ung chascun ce qui luy appartient. »).

François Demoulins de Rochefort, Traité sur les vertus cardinales (1509), Ms français 12247, fol. 15r © BnF / Gallica

En regard, une petite miniature illustrant la définition doit en offrir un exemple parlant. S’il reconnaît la Justice à sa représentation très conventionnelle (elle porte son attribut, l’épée de justice), le lecteur moderne sera davantage étonné de la présence, aux pieds de de cette dernière, de Venise faisant amende honorable. Le manuscrit a été rédigé pendant la quatrième campagne d’Italie menée contre les troupes vénitiennes par la Ligue de Cambrai et fait immédiatement référence à l’actualité récente : la défaite, à Agnadel, de Venise alors « punie » d’avoir occupé des territoires qui ne lui revenaient pas.

L’image n’est pas le seul moyen mis au service de la pédagogie. Des schémas et tableaux (comme ceux que l’on peut trouver dans l’œuvre d’Aristote, dont l’Éthique à Eudème) permettent également à l’élève d’appréhender tous les contours de la notion qu’il doit étudier. Aujourd’hui, on parlerait davantage de synonymes et d’antonymes, mais conformément au vocabulaire très imagé de cette littérature morale, François Demoulins parle des « filles » de la Justice et de leurs contraires. Empruntée à Macrobe, la liste comprend : Innocence (contre Nuysance), Amitié (contre Inimitié), Concorde (contre Discorde), Pitié (contre Impitié), Religion (contre Ydolatrie), Affection (contre Ennuye) et Humanité (contre Inhumanité).

Auteur: Charlotte Bonnet

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *