« Nous devrions Noël chanter »

Pieter Bruegel, Le Dénombrement à Bethléem, 1566 © Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts

N. Denisot, Noelz par le comte d’Alsinoys, 1545 © Médiathèque Louis Aragon, Le Mans

 

Nicolas Denisot (1515-1559), le poète proche de la Pléiade qui a grandi au Mans, fut élève de François Briand, maître des Écoles de Saint-Benoît. Il était de son temps connu surtout comme auteur d’un étrange recueil Noelz par le conte d’Alsinoys qui mélangeait la piété non seulement avec des tons amoureux (il est adressée à « Sa Valentine »), mais aussi avec des réjouissances gourmandes, si proche de l’esprit de Bruegel qui présente, sur Le Dénombrement à Bethléem, Marie et Joseph cheminant au milieu d’une foire d’hiver villageoise.

 

Voici un fragment d’une cantique de Denisot :

 

Vierge produict son Enfant cher

Sans chandelle Sans lanterne

Sans avoir nul qui la gouverne

Fors que Joseph qui mist coucher

En la craiche son Enfant cher.

Nous debvrions Noël chanter etc.

[…]

Chascun devoir feist d’y porter

Dont nous debvons Noel chanter

Pour la mère réconforter

Des galettes Tartelettes

Noyz, poyres, pommes et noysettes

Bon vin plain baril et picher

Que Joseph tenoit le plus cher.

Nous debvrions Noel chanter etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.