L’art de parler aux yeux des enfants selon Comenius

Déçu par la didactique du latin que proposaient les écoles de son temps, Jan Amos Komensky (1592-1670), un Frère morave vivant à l’exil, développe sa propre méthode qui fait l’économie de longues explications de la part du maître. En 1658, il publie à Nuremberg Orbis sensualium pictus, le premier manuel de langue illustré.

Comenius, Orbis sensualium pictus, Nuremberg, Michel Endter, 1558 © BnF/Gallica

Comenius, Orbis sensualium pictus, Nuremberg, Michel Endter, 1558, p. 199 © BnF/Gallica

Cette méthode scolaire destinée aux enfants sert à apprendre les rudiments du latin en comparant les phrases latines et vernaculaires, juxtaposées en deux colonnes. Le manuel est divisé en chapitres thématiques qui présentent le monde depuis sa création, dans ses sphères physique (firmament, éléments, animaux, plantes), culturelle (vie sociale, différents métiers) et spirituelle (religion, piété, valeurs morales).

Comenius, Orbis sensualium pictus, Nuremberg, Michel Endter, 1558, p. 198 © BnF/Gallica

Un des chapitres est consacré à l’école, un endroit austère où les enfants apprennent des leçons par cœur, les récitent de mémoire et se font corriger pour leur négligence par un maître assis sur une chaire, à l’aide d’un bâton ou d’une verge.

Comenius souhaitait réformer ce système d’éducation inefficace par ses livres. Dans son Image du Monde sensible, chaque thème se voit illustré par une gravure pourvue de numéros se rapportant à des phrases simples et courtes.

Comenius, Orbis sensualium pictus, Nuremberg, s.i., 1682, p. 2 © Bibliothèque Diderot de Lyon.

Enseigner c’est d’abord parler aux sens, surtout à la vue. Comenius veut que l’écolier apprenne les choses sur le monde qui l’entoure, puisse les identifier grâce aux images et les nommer.

Son manuel, utilisé aussi bien à l’école qu’à la maison, offrait un vrai plaisir visuel aux enfants, y compris à ceux qui ne savaient pas encore lire, les invitant à feuilleter les pages, montrer du doigt des vignettes en prononçant des mots ou les colorier. Ainsi, l’enfant apprenait spontanément, sans contrainte et avec plaisir !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *