Le premier livre d’images du futur François Ier

François d’Angoulême a 11 ans – et n’est pas a priori destiné à monter sur le trône de France – lorsque son précepteur François Demoulins de Rochefort, engagé par sa mère Louise de Savoie et logé avec son élève au château royal d’Amboise, lui consacre ce manuscrit du Dialogue sur le jeu (1505) conservé à la BnF. Il ne s’agit pas du tout de parler de jeux d’enfants, mais de mettre en garde contre les effets dévastateurs de la  passion du jeu…

F. Demoulins, Dialogue sur le jeu (1505), Ms. Français 1863 (f.2: miniature) © Paris, BnF. Allégories : Ira (Colère), Dolor (Douleur), Metus (Crainte), Avaritia (Cupidité), Gaudium breve (Joie brève), Spes maxima (Espoir démesuré)

La première miniature montre des pécheurs (des moines, un cardinal, un maître d’école) dans le train du jeu. L’auteur se situe dans la mouvance érasmienne. Les vices liés au jeu doivent susciter le dégoût du lecteur. Et que voyons-nous dans le coin droit?

Un enfant de haute condition présente un codex à un maître d’école, assis dans une chaire et tenant un faisceau de verges dans sa main gauche: il détourne à peine le regard vers son élève, tout occupé qu’il est à jouer aux dés avec un partenaire.

F. Demoulins, Dialogue sur le jeu (1505), Ms. Français 1863 (f.2: miniature, détail) © Paris, BnF.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *