Aux confins de l’éducation humaniste

Les nouvelles idées pédagogiques des humanistes se répandent jusqu’aux confins de l’Est de l’Europe moderne. Erazm Gliczner (1535-1603), théologien et pédagogue polonais de confession luthérienne, consacre à l’enfance et à la jeunesse un premier traité pédagogique publié en Pologne : Książki o wychowaniu dzieci barzo dobre, pożyteczne i potrzebne, z których rodzicy ku wychowaniu dzieci swych naukę dołożną wyczerpnąć mogą, Cracovie, M. Siebeneicher, 1558 [Livres sur l’institution des enfants très bons, utiles et nécessaires, dans lesquels les parents peuvent puiser un savoir précis afin de mieux éduquer leurs enfants].

Son ouvrage est destiné aux parents, non aux enseignants, et Gliczner dédie une bonne partie de son texte à la pédagogie familiale, empreinte à la fois de tendresse et de discipline, en s’inspirant des idées d’Érasme de Rotterdam. En même temps, Gliczner prône la supériorité de l’école publique et de l’apprentissage en communauté sur l’enseignement dispensé à la maison, sûrement sous l’influence de sa propre expérience à l’école latine de Valentin Trozendorf à Goldberg en Silésie qui fut autogéré par les élèves selon le modèle de la République romaine sous la tutelle du recteur.

Martin Luther, An die Radherrn aller stedte deutsches lands: das sie Christliche schulen auffrichtenn vnd halten sollen [Aux magistrats de toutes les villes allemandes pour les inviter à ouvrir et à entretenir des écoles chrétiennes], Erfurt, 1524.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *