L’enfant peut-il ingurgiter l’hérésie avec l’alphabet ?

Luther enfant (Portrait de Luther et seize petits sujets relatifs à la vie du réformateur, estampe de J. B. Paravicinus, XVIe siècle, BnF)

Pour soustraire leurs enfants à l’enseignement catholique, les Protestants organisaient des petites écoles dans des endroits écartés de la ville. Plusieurs arrêts du Parlement, entre autres, celui du 6 août 1552, interdisaient de tenir « les écoles secrettes et buissonnières » sans l’autorisation du chantre de l’Église de Paris.

En faisant écho à ces pratiques, Artus Désiré, polémiste catholique sulfureux, décourage les parents d’envoyer leurs enfants chez un maître suspect risquant de les pervertir et il constate qu’il vaut mieux qu’un enfant soit emporté par la peste que par les idées malsentantes!

Et pour la fin les supply tous

D’esuiter [éviter] vostre compaignie,

Et de bien garder leur lignée

C’est ascauoir tous leurs enfans

Lesquelz sont en leurs ieunes ans

Baillez soubz la charge d’vn maistre

Que bien regardent à les mettre

De peur qu’ilz ne soient pris du loup.

Car auiourdhuy y à [a] beaucoup

De pedaguogues Priapistes,

Qui font les enfans Lutheristes

Si qu’en la fin sont enroullez

Au papier rouge, & puis bruslez

A leur deshonneur & meschef [préjudice]

Dont ie les sypply de rechef

De regarder ou cest [où c’est] qu’ilz baillent

Lesditz enfans ou [où, alors qu’ils] fort trauaillent

A les esleuer & nourrir,

Car mieux les vaudroit voir mourir

De fiebure [fièvre] pestilentieuse,

Qu’en une grand’ flambe fumeuse,

En grosse honte & vitupere [blâme].

A. Désiré, Les combatz du fidelle papiste, pélerin romain, contre l’apostat priapiste tirant à la synagogue de Genève, maison babilonicque des luthériens. Ensemble la description de la Cité de Dieu assiégée des hérétiques. Le tout composé par Artus Désiré, Rouen, R. et J. Du Gort frères, 1550, p. 143.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *