Le jeu des noix

Le jeu des noix (ou jeu de pair-impair) est des plus simples. Il remonte à l’Antiquité et est cité jusque dans Pinocchio. Il est populaire parmi les enfants au Moyen Âge et au XVIe siècle. On en trouve une représentation chez Brueghel:

Mathurin Cordier l’évoque également dans ses Colloques (1564), avec une finalité typiquement humaniste: l’éveil à la réflexion philosophique et à la piété. Car le jeu devient prétexte à un débat avec l’enfant qui a perdu:

Les Colloques de Mathurin Cordier, divisés en quatre livres, trad. de latin en français, Rouen, Jean de la Mare, 1631, Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 3028 (Photo: PL). Ed. princeps : Colloquiorum scholasticorum libri III, Lyon, 1564.

Quel est le rôle respectif de la Fortune (le hasard) et de la Providence? Dieu a-t-il voulu que je perde au jeu pour éprouver ma constance dans l’adversité?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme si Dieu se souciait du jeu des petits enfants…

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.