L’adolescence et le jeu selon le recueil de sentences du XVIIIe siècle

Le fonds ancien de la Médiathèque Louis Aragon au Mans commence petit à petit à nous livrer ses secrets ! Il conserve non seulement des ouvrages pédagogiques et des manuels scolaires publiés ou utilisés dans la région, mais aussi des notes et des cahiers d’élèves, d’étudiants ou de régents (p. ex. des thèses des élèves du collège de La Flèche, ou des cours abrégés de différentes matières) dont l’encre est certes pâlie, mais qui gardent encore des traces de l’expérience scolaire dans les Pays de la Loire.

Voici un humble recueil de sentences latines provenant du XVIIIe siècle: Lire la suite

Peut-on trop jouer?

Les Jeux et plaisris (sic) de l’enfance invantez par Jacques Stella et gravez par Claudine Bouzonnet-Stella, Paris, J. Stella, 1657, n° 27 (jeu de paume)

Le danger qui guette l’enfant au XVIe siècle n’est pas lié à une pratique excessive des jeux vidéos… mais à celle de jeux physiques qui échauffent et font suer. Lire la suite

Le jeu des noix

Le jeu des noix (ou jeu de pair-impair) est des plus simples. Il remonte à l’Antiquité et est cité jusque dans Pinocchio. Il est populaire parmi les enfants au Moyen Âge et au XVIe siècle. On en trouve une représentation chez Brueghel:

Mathurin Cordier l’évoque également dans ses Colloques (1564), avec une finalité typiquement humaniste: l’éveil à la réflexion philosophique et à la piété. Car le jeu devient prétexte à un débat avec l’enfant qui a perdu: Lire la suite

Connaissez-vous Mathurin Cordier?

Professeur de grammaire latine, auteur d’une œuvre consacrée à la pédagogie, et en particulier aux méthodes d’apprentissage du latin, Mathurin Cordier (1479-1564) représente parfaitement le souci érasmien d’introduire de la douceur dans les méthodes d’éducation et de lier ensemble apprentissage du savoir et éveil à la piété.

L’année même de sa mort en Suisse – où il s’était exilé pour fuir les répressions contre les protestants après l’Affaire des Placards – il publie les Colloquiorum scholasticorum libri III, sans cesse réédités jusqu’au XIXe siècle. À l’instar des Colloques d’Érasme, ce livre a connu un très grand succès bien au-delà du XVIe siècle et bien au-delà du cercle des lettrés puisqu’il pouvait être lu en traduction française à partir de 1576.

Ce succès est peut-être dû à une capacité peu commune de l’auteur de se mettre « à hauteur d’enfant », d’entrer dans les préoccupations enfantines, pour préserver un équilibre entre l’étude et les autres activités : jouer, manger, pisser…

Mêle parfois ébat en ton labeur, Pour travailler après de plus grand cœur.

Lire la suite