Abécédaires

Les abécédaires étaient-ils réservés aux enfants au XVIe siècle?

Oui, s’il s’agit d’apprendre les rudiments de sa propre langue, mais n’oublions pas que, pour maîtriser le grec et l’hébreu, les humanistes (comme Reuchlin) doivent commencer par assimiler les rudiments contenus dans des livres également appelés « alphabets ». Ce sont d’ailleurs pratiquement les seuls abécédaires parvenus jusqu’à nous, car rien n’incitait à conserver des livres d’usage courant pour enfants!

Alphabetum hebraicum, Paris, C. Wechel, 1533. Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 114 (Photo: PL).

Enseigner et apprendre l’hébreu en 1533

Comment était enseigné l’hébreu au Collège royal (futur Collège de France) ?

En mars 1530, François Ier crée un corps de lecteurs publics de nomination royale. C’est une institution bien dotée, fondée à l’instigation de Guillaume Budé sur l’exemple des collèges trilingues d’Alcalà et de Louvain.

Le professeur d’hébreu d’origine calabraise Agathius Guidacerius, qui avait fui Rome après le Sac de 1527, occupe l’une des deux chaires d’hébreu créées dans les années 1530. Son Alphabetum Hebraicum (1533) donne une bonne idée de la manière dont les cours (en latin) exposaient les principes de la grammaire de la langue sacrée. Lire la suite

« Et je n’ai pas jugé indigne d’un savant de se tourner vers les lettres de l’alphabet »

Se mettre à apprendre les lettres de l’alphabet quand on est un professeur de droit et un érudit reconnu anobli par l’empereur, cela demande bien de l’humilité: c’est qu’a dû faire Johannes Reuchlin (1455-1522) pour assimiler les bases de l’hébreu tout en affrontant les quolibets de tous, comme il le raconte dans une lettre à son frère en ouverture de son De rudimentis hebraicis : Lire la suite