Peut-on trop jouer?

Les Jeux et plaisris (sic) de l’enfance invantez par Jacques Stella et gravez par Claudine Bouzonnet-Stella, Paris, J. Stella, 1657, n° 27 (jeu de paume)

Le danger qui guette l’enfant au XVIe siècle n’est pas lié à une pratique excessive des jeux vidéos… mais à celle de jeux physiques qui échauffent et font suer. Lire la suite

Le jeu des noix

Le jeu des noix (ou jeu de pair-impair) est des plus simples. Il remonte à l’Antiquité et est cité jusque dans Pinocchio. Il est populaire parmi les enfants au Moyen Âge et au XVIe siècle. On en trouve une représentation chez Brueghel:

Mathurin Cordier l’évoque également dans ses Colloques (1564), avec une finalité typiquement humaniste: l’éveil à la réflexion philosophique et à la piété. Car le jeu devient prétexte à un débat avec l’enfant qui a perdu: Lire la suite

« Est-il donc d’autre nourrice que la mère? »

Comment une mère peut-elle se séparer de son enfant et lui faire donner le sein par une nourrice ? On dira que c’est l’usage, mais l’argument est-il suffisant ? Bien avant Rousseau, Érasme invite à en débattre dans « L’accouchée », un dialogue qui fait partie des Colloquia familiaria (Colloques ou Entretiens familiers) dont le succès ne se dément pas bien au-delà du XVIe siècle.

Les Entretiens familiers d’Érasme. Traduction française de Samuel Chappuzeau. Paris, Thomas Jolly et L. Billaine, 1672, Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 3021 (Photo: PL).

Connaissez-vous Mathurin Cordier?

Professeur de grammaire latine, auteur d’une œuvre consacrée à la pédagogie, et en particulier aux méthodes d’apprentissage du latin, Mathurin Cordier (1479-1564) représente parfaitement le souci érasmien d’introduire de la douceur dans les méthodes d’éducation et de lier ensemble apprentissage du savoir et éveil à la piété.

L’année même de sa mort en Suisse – où il s’était exilé pour fuir les répressions contre les protestants après l’Affaire des Placards – il publie les Colloquiorum scholasticorum libri III, sans cesse réédités jusqu’au XIXe siècle. À l’instar des Colloques d’Érasme, ce livre a connu un très grand succès bien au-delà du XVIe siècle et bien au-delà du cercle des lettrés puisqu’il pouvait être lu en traduction française à partir de 1576.

Ce succès est peut-être dû à une capacité peu commune de l’auteur de se mettre « à hauteur d’enfant », d’entrer dans les préoccupations enfantines, pour préserver un équilibre entre l’étude et les autres activités : jouer, manger, pisser…

Mêle parfois ébat en ton labeur, Pour travailler après de plus grand cœur.

Lire la suite