L’enfant peut-il ingurgiter l’hérésie avec l’alphabet ?

Luther enfant (Portrait de Luther et seize petits sujets relatifs à la vie du réformateur, estampe de J. B. Paravicinus, XVIe siècle, BnF)

Pour soustraire leurs enfants à l’enseignement catholique, les Protestants organisaient des petites écoles dans des endroits écartés de la ville. Plusieurs arrêts du Parlement, entre autres, celui du 6 août 1552, interdisaient de tenir « les écoles secrettes et buissonnières » sans l’autorisation du chantre de l’Église de Paris. Lire la suite

L’adolescence et le jeu selon le recueil de sentences du XVIIIe siècle

Le fonds ancien de la Médiathèque Louis Aragon au Mans commence petit à petit à nous livrer ses secrets ! Il conserve non seulement des ouvrages pédagogiques et des manuels scolaires publiés ou utilisés dans la région, mais aussi des notes et des cahiers d’élèves, d’étudiants ou de régents (p. ex. des thèses des élèves du collège de La Flèche, ou des cours abrégés de différentes matières) dont l’encre est certes pâlie, mais qui gardent encore des traces de l’expérience scolaire dans les Pays de la Loire.

Voici un humble recueil de sentences latines provenant du XVIIIe siècle: Lire la suite

Enseigner et apprendre l’hébreu en 1533

Comment était enseigné l’hébreu au Collège royal (futur Collège de France) ?

En mars 1530, François Ier crée un corps de lecteurs publics de nomination royale. C’est une institution bien dotée, fondée à l’instigation de Guillaume Budé sur l’exemple des collèges trilingues d’Alcalà et de Louvain.

Le professeur d’hébreu d’origine calabraise Agathius Guidacerius, qui avait fui Rome après le Sac de 1527, occupe l’une des deux chaires d’hébreu créées dans les années 1530. Son Alphabetum Hebraicum (1533) donne une bonne idée de la manière dont les cours (en latin) exposaient les principes de la grammaire de la langue sacrée. Lire la suite