L’enfant peut-il ingurgiter l’hérésie avec l’alphabet ?

Luther enfant (Portrait de Luther et seize petits sujets relatifs à la vie du réformateur, estampe de J. B. Paravicinus, XVIe siècle, BnF)

Pour soustraire leurs enfants à l’enseignement catholique, les Protestants organisaient des petites écoles dans des endroits écartés de la ville. Plusieurs arrêts du Parlement, entre autres, celui du 6 août 1552, interdisaient de tenir « les écoles secrettes et buissonnières » sans l’autorisation du chantre de l’Église de Paris. Lire la suite

Peut-on trop jouer?

Les Jeux et plaisris (sic) de l’enfance invantez par Jacques Stella et gravez par Claudine Bouzonnet-Stella, Paris, J. Stella, 1657, n° 27 (jeu de paume)

Le danger qui guette l’enfant au XVIe siècle n’est pas lié à une pratique excessive des jeux vidéos… mais à celle de jeux physiques qui échauffent et font suer. Lire la suite

« Est-il donc d’autre nourrice que la mère? »

Comment une mère peut-elle se séparer de son enfant et lui faire donner le sein par une nourrice ? On dira que c’est l’usage, mais l’argument est-il suffisant ? Bien avant Rousseau, Érasme invite à en débattre dans « L’accouchée », un dialogue qui fait partie des Colloquia familiaria (Colloques ou Entretiens familiers) dont le succès ne se dément pas bien au-delà du XVIe siècle.

Les Entretiens familiers d’Érasme. Traduction française de Samuel Chappuzeau. Paris, Thomas Jolly et L. Billaine, 1672, Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 3021 (Photo: PL).

Abécédaires

Les abécédaires étaient-ils réservés aux enfants au XVIe siècle?

Oui, s’il s’agit d’apprendre les rudiments de sa propre langue, mais n’oublions pas que, pour maîtriser le grec et l’hébreu, les humanistes (comme Reuchlin) doivent commencer par assimiler les rudiments contenus dans des livres également appelés « alphabets ». Ce sont d’ailleurs pratiquement les seuls abécédaires parvenus jusqu’à nous, car rien n’incitait à conserver des livres d’usage courant pour enfants!

Alphabetum hebraicum, Paris, C. Wechel, 1533. Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 114 (Photo: PL).

Hors école

À l’occasion des vacances scolaires, rappelons les paroles de Montaigne qui, déçu des collèges de son temps, « vraies geôles pour une jeunesse captive », voit plus de profit à exercer le jugement des enfants hors école :

A la verité, nous voyons encores qu’il n’est rien si gentil [noble] que les petits enfans en France : mais ordinairement ils trompent l’esperance qu’on en a conceue, et, hommes faicts, on n’y voit aucune excellence. J’ay ouy tenir à gens d’entendement que ces colleges où on les envoie, dequoy ils ont foison, les abrutissent ainsin.

Lire la suite

Les « battles » existaient déjà au XVIe siècle…

On y voyait une excellente méthode pour exercer l’esprit des jeunes gens. Non sans certains abus – nous dit l’humaniste Juan Luis Vivès qui juge sévèrement les disputationes scolastiques:

Pour eux, le seul fruit des études, c’est de ne pas céder à l’adversaire, de l’attaquer sans trembler, de soutenir ses assauts, de connaître à fond les forces, les techniques, les pièges nécessaires pour l’anéantir. Et c’est à cette activité (noble entre toutes et éminente ô combien!) qu’on décida d’habituer l’enfant dès son plus jeune âge, de l’exercer sans répit. L’algarade commence à la naissance, et ne s’arrête qu’avec la mort. Le jour même où un gamin entre à l’école, on lui demande de disputer: il apprend à se quereller qu’il ne sait pas encore parler!

(De Disciplinis, 1531, 1re partie: De corruptis artibus, traduit du latin par Tristan Vigliano, in Bibliothèque humaniste idéale, éd. Jean-Christophe Saladin, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 344)