Comment apprendre à devenir vertueux

La formation intellectuelle et morale des élites comprenait dans une très large mesure l’enseignement des vertus. Pour cela, le précepteur ou le maître pouvait recourir à des ouvrages de morale qui s’attachaient à décrire le plus précisément possible chacune des vertus.

Vers 1509, François Demoulins de Rochefort rédige un Traité sur les vertus cardinales  qu’il offre à son jeune élève, le futur François Ier (voir le billet précédent). La composition de cet ouvrage rappelle le sens médiéval de miroir usité dans beaucoup de domaines (« miroir du monde », « miroir de l’âme », etc.) pour désigner un ouvrage pédagogique aux prétentions souvent encyclopédiques. Par vertus cardinales, il faut entendre les quatre vertus que sont la prudence, la force, la tempérance et la justice. Lire la suite

La vie mouvementée d’un précepteur à la cour

François Demoulins de Rochefort est le précepteur qui resta le plus longtemps auprès du jeune François d’Angoulême, le futur roi de France. Engagé en 1501 par la mère du dauphin, Louise de Savoie, pour former le futur François Ier, il rédigea une dizaine de manuscrits destinés à l’éducation du prince.

François Demoulins de Rochefort, Traité sur les vertus cardinales (1509), Ms français 12247, fol. 1v © BnF/Gallica

Lire la suite

L’art de parler aux yeux des enfants selon Comenius

Déçu par la didactique du latin que proposaient les écoles de son temps, Jan Amos Komensky (1592-1670), un Frère morave vivant à l’exil, développe sa propre méthode qui fait l’économie de longues explications de la part du maître. En 1658, il publie à Nuremberg Orbis sensualium pictus, le premier manuel de langue illustré.

Comenius, Orbis sensualium pictus, Nuremberg, Michel Endter, 1558 © BnF/Gallica

Lire la suite

Aux confins de l’éducation humaniste

Les nouvelles idées pédagogiques des humanistes se répandent jusqu’aux confins de l’Est de l’Europe moderne. Erazm Gliczner (1535-1603), théologien et pédagogue polonais de confession luthérienne, consacre à l’enfance et à la jeunesse un premier traité pédagogique publié en Pologne : Książki o wychowaniu dzieci barzo dobre, pożyteczne i potrzebne, z których rodzicy ku wychowaniu dzieci swych naukę dołożną wyczerpnąć mogą, Cracovie, M. Siebeneicher, 1558 [Livres sur l’institution des enfants très bons, utiles et nécessaires, dans lesquels les parents peuvent puiser un savoir précis afin de mieux éduquer leurs enfants]. Lire la suite

Le jeu des noix

Le jeu des noix (ou jeu de pair-impair) est des plus simples. Il remonte à l’Antiquité et est cité jusque dans Pinocchio. Il est populaire parmi les enfants au Moyen Âge et au XVIe siècle. On en trouve une représentation chez Brueghel:

Mathurin Cordier l’évoque également dans ses Colloques (1564), avec une finalité typiquement humaniste: l’éveil à la réflexion philosophique et à la piété. Car le jeu devient prétexte à un débat avec l’enfant qui a perdu: Lire la suite

Connaissez-vous Mathurin Cordier?

Professeur de grammaire latine, auteur d’une œuvre consacrée à la pédagogie, et en particulier aux méthodes d’apprentissage du latin, Mathurin Cordier (1479-1564) représente parfaitement le souci érasmien d’introduire de la douceur dans les méthodes d’éducation et de lier ensemble apprentissage du savoir et éveil à la piété.

L’année même de sa mort en Suisse – où il s’était exilé pour fuir les répressions contre les protestants après l’Affaire des Placards – il publie les Colloquiorum scholasticorum libri III, sans cesse réédités jusqu’au XIXe siècle. À l’instar des Colloques d’Érasme, ce livre a connu un très grand succès bien au-delà du XVIe siècle et bien au-delà du cercle des lettrés puisqu’il pouvait être lu en traduction française à partir de 1576.

Ce succès est peut-être dû à une capacité peu commune de l’auteur de se mettre « à hauteur d’enfant », d’entrer dans les préoccupations enfantines, pour préserver un équilibre entre l’étude et les autres activités : jouer, manger, pisser…

Mêle parfois ébat en ton labeur, Pour travailler après de plus grand cœur.

Lire la suite

« Et je n’ai pas jugé indigne d’un savant de se tourner vers les lettres de l’alphabet »

Se mettre à apprendre les lettres de l’alphabet quand on est un professeur de droit et un érudit reconnu anobli par l’empereur, cela demande bien de l’humilité: c’est qu’a dû faire Johannes Reuchlin (1455-1522) pour assimiler les bases de l’hébreu tout en affrontant les quolibets de tous, comme il le raconte dans une lettre à son frère en ouverture de son De rudimentis hebraicis : Lire la suite