Le jeu des noix

Le jeu des noix (ou jeu de pair-impair) est des plus simples. Il remonte à l’Antiquité et est cité jusque dans Pinocchio. Il est populaire parmi les enfants au Moyen Âge et au XVIe siècle. On en trouve une représentation chez Brueghel:

Mathurin Cordier l’évoque également dans ses Colloques (1564), avec une finalité typiquement humaniste: l’éveil à la réflexion philosophique et à la piété. Car le jeu devient prétexte à un débat avec l’enfant qui a perdu: Lire la suite

Connaissez-vous Mathurin Cordier?

Professeur de grammaire latine, auteur d’une œuvre consacrée à la pédagogie, et en particulier aux méthodes d’apprentissage du latin, Mathurin Cordier (1479-1564) représente parfaitement le souci érasmien d’introduire de la douceur dans les méthodes d’éducation et de lier ensemble apprentissage du savoir et éveil à la piété.

L’année même de sa mort en Suisse – où il s’était exilé pour fuir les répressions contre les protestants après l’Affaire des Placards – il publie les Colloquiorum scholasticorum libri III, sans cesse réédités jusqu’au XIXe siècle. À l’instar des Colloques d’Érasme, ce livre a connu un très grand succès bien au-delà du XVIe siècle et bien au-delà du cercle des lettrés puisqu’il pouvait être lu en traduction française à partir de 1576.

Ce succès est peut-être dû à une capacité peu commune de l’auteur de se mettre « à hauteur d’enfant », d’entrer dans les préoccupations enfantines, pour préserver un équilibre entre l’étude et les autres activités : jouer, manger, pisser…

Mêle parfois ébat en ton labeur, Pour travailler après de plus grand cœur.

Lire la suite

« Et je n’ai pas jugé indigne d’un savant de se tourner vers les lettres de l’alphabet »

Se mettre à apprendre les lettres de l’alphabet quand on est un professeur de droit et un érudit reconnu anobli par l’empereur, cela demande bien de l’humilité: c’est qu’a dû faire Johannes Reuchlin (1455-1522) pour assimiler les bases de l’hébreu tout en affrontant les quolibets de tous, comme il le raconte dans une lettre à son frère en ouverture de son De rudimentis hebraicis : Lire la suite