« Le disciple doit aimer / Vanter et louer son maistre »

Dessin anonyme de Dorat le poète, profil à gauche, 1585. Recueil. Portraits au crayon dessinés, attribués à Foulon etc.

Ronsard est lyrique à l’égard de son maître Jean Dorat, le poète à la parole dorée, l’âme de la Pléiade, l’Homère du Limousin: Lire la suite

Contrepoint

Editio princeps, 1554, couverture.

Histoire plaisante, facétieuse, et récréative du Lazarille de Tormes espagnol : en laquelle l’esprit mélancolique se peut recréer & prendre plaisir, augmentée de la seconde partie nouvellement traduite de l’espagnol en français, trad. J. Van der Meeren , Anvers, G. Jansens, 1598 (Chapitre IV, p. 18)

Bien loin de l’enfant de bonne maison éduqué selon les préceptes humanistes, Lazarillo de Tormes représente le pur produit de l’école de la vie, ou plutôt de la survie. Connaître les belles lettres ou les sciences n’est pas son souci, encore moins se conduire de manière civile! Son objectif se limite à accroître son « industrie et cautelle » pour ne pas devenir, avant l’heure, « pâture des vers ». La nécessité est ici maîtresse de vie et le corps, le ventre, parlent avant tout. Lire la suite

Peut-on trop jouer?

Les Jeux et plaisris (sic) de l’enfance invantez par Jacques Stella et gravez par Claudine Bouzonnet-Stella, Paris, J. Stella, 1657, n° 27 (jeu de paume)

Le danger qui guette l’enfant au XVIe siècle n’est pas lié à une pratique excessive des jeux vidéos… mais à celle de jeux physiques qui échauffent et font suer. Lire la suite

Le jeu des noix

Le jeu des noix (ou jeu de pair-impair) est des plus simples. Il remonte à l’Antiquité et est cité jusque dans Pinocchio. Il est populaire parmi les enfants au Moyen Âge et au XVIe siècle. On en trouve une représentation chez Brueghel:

Mathurin Cordier l’évoque également dans ses Colloques (1564), avec une finalité typiquement humaniste: l’éveil à la réflexion philosophique et à la piété. Car le jeu devient prétexte à un débat avec l’enfant qui a perdu: Lire la suite

« Est-il donc d’autre nourrice que la mère? »

Comment une mère peut-elle se séparer de son enfant et lui faire donner le sein par une nourrice ? On dira que c’est l’usage, mais l’argument est-il suffisant ? Bien avant Rousseau, Érasme invite à en débattre dans « L’accouchée », un dialogue qui fait partie des Colloquia familiaria (Colloques ou Entretiens familiers) dont le succès ne se dément pas bien au-delà du XVIe siècle.

Les Entretiens familiers d’Érasme. Traduction française de Samuel Chappuzeau. Paris, Thomas Jolly et L. Billaine, 1672, Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 3021 (Photo: PL).

Les enfants et les adolescents vus par… Dame Folie

Les petits enfants, c’est bien connu, ont le pouvoir de nous « faire craquer ». Mais qu’est-ce qui rend les rend si aimables ?

Érasme, Moriae Encomium (Paris, 1511), Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 3510 : L’Éloge de la folie, composé en forme de déclamation, par Érasme et trad. par Gueudeville, avec les notes de Gerard Listre et les fig. de Holbein, Amsterdam, François L’Honoré, 1731 (Photo: PL)

La Nature, en « sage ouvrière », a tout prévu : elle les a pourvus d’un « attrait de folie » capable de compenser les peines qu’ils donnent à leurs mères et grand-mères. Lire la suite

Abécédaires

Les abécédaires étaient-ils réservés aux enfants au XVIe siècle?

Oui, s’il s’agit d’apprendre les rudiments de sa propre langue, mais n’oublions pas que, pour maîtriser le grec et l’hébreu, les humanistes (comme Reuchlin) doivent commencer par assimiler les rudiments contenus dans des livres également appelés « alphabets ». Ce sont d’ailleurs pratiquement les seuls abécédaires parvenus jusqu’à nous, car rien n’incitait à conserver des livres d’usage courant pour enfants!

Alphabetum hebraicum, Paris, C. Wechel, 1533. Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 114 (Photo: PL).

Enseigner et apprendre l’hébreu en 1533

Comment était enseigné l’hébreu au Collège royal (futur Collège de France) ?

En mars 1530, François Ier crée un corps de lecteurs publics de nomination royale. C’est une institution bien dotée, fondée à l’instigation de Guillaume Budé sur l’exemple des collèges trilingues d’Alcalà et de Louvain.

Le professeur d’hébreu d’origine calabraise Agathius Guidacerius, qui avait fui Rome après le Sac de 1527, occupe l’une des deux chaires d’hébreu créées dans les années 1530. Son Alphabetum Hebraicum (1533) donne une bonne idée de la manière dont les cours (en latin) exposaient les principes de la grammaire de la langue sacrée. Lire la suite

Connaissez-vous Mathurin Cordier?

Professeur de grammaire latine, auteur d’une œuvre consacrée à la pédagogie, et en particulier aux méthodes d’apprentissage du latin, Mathurin Cordier (1479-1564) représente parfaitement le souci érasmien d’introduire de la douceur dans les méthodes d’éducation et de lier ensemble apprentissage du savoir et éveil à la piété.

L’année même de sa mort en Suisse – où il s’était exilé pour fuir les répressions contre les protestants après l’Affaire des Placards – il publie les Colloquiorum scholasticorum libri III, sans cesse réédités jusqu’au XIXe siècle. À l’instar des Colloques d’Érasme, ce livre a connu un très grand succès bien au-delà du XVIe siècle et bien au-delà du cercle des lettrés puisqu’il pouvait être lu en traduction française à partir de 1576.

Ce succès est peut-être dû à une capacité peu commune de l’auteur de se mettre « à hauteur d’enfant », d’entrer dans les préoccupations enfantines, pour préserver un équilibre entre l’étude et les autres activités : jouer, manger, pisser…

Mêle parfois ébat en ton labeur, Pour travailler après de plus grand cœur.

Lire la suite

« Et je n’ai pas jugé indigne d’un savant de se tourner vers les lettres de l’alphabet »

Se mettre à apprendre les lettres de l’alphabet quand on est un professeur de droit et un érudit reconnu anobli par l’empereur, cela demande bien de l’humilité: c’est qu’a dû faire Johannes Reuchlin (1455-1522) pour assimiler les bases de l’hébreu tout en affrontant les quolibets de tous, comme il le raconte dans une lettre à son frère en ouverture de son De rudimentis hebraicis : Lire la suite

Les « battles » existaient déjà au XVIe siècle…

On y voyait une excellente méthode pour exercer l’esprit des jeunes gens. Non sans certains abus – nous dit l’humaniste Juan Luis Vivès qui juge sévèrement les disputationes scolastiques:

Pour eux, le seul fruit des études, c’est de ne pas céder à l’adversaire, de l’attaquer sans trembler, de soutenir ses assauts, de connaître à fond les forces, les techniques, les pièges nécessaires pour l’anéantir. Et c’est à cette activité (noble entre toutes et éminente ô combien!) qu’on décida d’habituer l’enfant dès son plus jeune âge, de l’exercer sans répit. L’algarade commence à la naissance, et ne s’arrête qu’avec la mort. Le jour même où un gamin entre à l’école, on lui demande de disputer: il apprend à se quereller qu’il ne sait pas encore parler!

(De Disciplinis, 1531, 1re partie: De corruptis artibus, traduit du latin par Tristan Vigliano, in Bibliothèque humaniste idéale, éd. Jean-Christophe Saladin, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 344)