Présentation du projet

Le projet d’exposition Enfances humanistes vise à répondre à une demande d’éclaircissement de la part de la société civile sur ce que recouvrent les « valeurs humanistes » pour l’enfance et le monde de l’éducation. Le sujet de l’éducation humaniste suscite depuis quelques années un regain d’intérêt, probablement en lien avec le trouble que suscite cette double contrainte institutionnelle : d’une part, on réaffirme l’importance des valeurs dites « humanistes » dans la formation des élèves, mais d’autre part, on éloigne ces mêmes élèves des humanités classiques, en marginalisant par exemple la pratique des langues anciennes.

Notre premier objectif est de stimuler l’intérêt pour les démarches humanistes en matière de pédagogie, pour les controverses auxquelles elles ont donné lieu, pour les institutions et les pratiques qu’elles ont inspirées, ce qui permet de donner une profondeur historique aux débats actuels et d’éclairer des choix de société. Tant que l’humanisme est abordé soit comme une page d’histoire (qui s’est refermée), soit comme une référence obligée (au contenu bien flou), on se prive d’une réflexion capable de nourrir les débats actuels. Rappeler que l’humanisme fut au XVIe siècle un « sport de combat » qui s’est développé en interaction conflictuelle avec d’autres propositions éducatives ; que l’humanisme a soulevé très tôt des problèmes épineux d’ordre pratique (éduquer par les livres ou par l’expérience, par la leçon de choses, par les voyages ? éduquer à l’école, en pension ou avec un précepteur ?) ou d’ordre social (éduquer les garçons, mais aussi les filles ? l’élite, mais aussi les classes subalternes ?) ; que l’humanisme n’est pas un corps de doctrine figé, mais consiste en des réponses inventives variées imaginées pour répondre aux défis posés par les clivages confessionnels et les particularités nationales : rappeler tout cela est de nature à réveiller la curiosité pour des écrits et des figures de pédagogues dont, en dehors des cercles académiques, les noms n’évoquent plus rien de précis (Érasme, Vivès, Montaigne, Locke, Fénelon…).

L’idée d’une exposition permet de dépasser le cloisonnement de la recherche entre l’intérêt pour les discours des pédagogues et les archives institutionnelles, d’une part (traités, plans des études, méthodes d’apprentissage, règlements d’institutions scolaires…) et la curiosité suscitée par les (maigres) traces conservées d’expériences vécues sous forme de témoignages ou d’annotations dans des livres ou des cahiers d’écoliers, d’autre part. Dans cette optique, le projet souhaite valoriser les ressources de la région des Pays de la Loire, afin de permettre à chacun de redécouvrir et de se réapproprier son patrimoine. Il s’agira notamment de présenter des imprimés conservés au Mans et à Angers, des figures locales d’auteurs intéressants (comme les auteurs dramatiques Arnoul et Simon Gréban) et de savants de grande envergure (les frères Du Bellay, René Descartes) ou des institutions comme l’académie protestante de Saumur et le collège jésuite de La Flèche.

L’exposition s’articulera en trois volets selon un modèle rayonnant :

[1] Contextes et conflits (pédagogies nouvelles, déclinaisons européennes et clivages confessionnels, institutions) ;

[2] Figures (série prosopographique réalisée à partir de témoignages, récits biographiques, correspondances) ;

[3] Imaginaires (objets, iconographie, textes).