« Le disciple doit aimer / Vanter et louer son maistre »

Dessin anonyme de Dorat le poète, profil à gauche, 1585. Recueil. Portraits au crayon dessinés, attribués à Foulon etc.

Ronsard est lyrique à l’égard de son maître Jean Dorat, le poète à la parole dorée, l’âme de la Pléiade, l’Homère du Limousin:

Puissé-je entonner un vers

Qui raconte à l’univers

Ton los porté sus son aile,

Et combien je fu heureus

Sucer le laict savoureus

De ta feconde mammelle.

Celui qui l’avait initié à la poésie grecque en fut bien récompensé, nous dit encore Ronsard avec sa modestie légendaire:

On ne se travaille point

Aiant un disciple époint

À vertu dés son jeune age,

En peu de jours il est fait

D’apprentif maistre parfait,

Voi m’en ci le temoignage.

Pierre de Ronsard, Les Odes, pièces de 1553 retranchées en 1555, Premier Livre, Ode XIV, À Jan Dorat.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *