Contrepoint

Editio princeps, 1554, couverture.

Histoire plaisante, facétieuse, et récréative du Lazarille de Tormes espagnol : en laquelle l’esprit mélancolique se peut recréer & prendre plaisir, augmentée de la seconde partie nouvellement traduite de l’espagnol en français, trad. J. Van der Meeren , Anvers, G. Jansens, 1598 (Chapitre IV, p. 18)

Bien loin de l’enfant de bonne maison éduqué selon les préceptes humanistes, Lazarillo de Tormes représente le pur produit de l’école de la vie, ou plutôt de la survie. Connaître les belles lettres ou les sciences n’est pas son souci, encore moins se conduire de manière civile! Son objectif se limite à accroître son « industrie et cautelle » pour ne pas devenir, avant l’heure, « pâture des vers ». La nécessité est ici maîtresse de vie et le corps, le ventre, parlent avant tout.

Histoire plaisante, facétieuse, et récréative du Lazarille de Tormes espagnol… (Chapitre XII, p. 56)

Sommes-nous pour autant loin du domaine humaniste? Pas tant que cela si l’auteur de ce texte, paru anonymement en espagnol en 1554 et mis à l’Index en 1559, était Francisco de Enzinas (Francis Dryander/Francisco de Elao/François du Chesne), décédé en 1552 et bien connu dans les milieux de la Réforme par ses traductions en espagnol de l’Insti­tution de la religion chrétienne de Calvin et du Nouveau Testament grec révisé par Érasme (selon l’hypothèse formulée par le traducteur et l’éditeur de Lazarillo de Tormès, Roland Labarre).

Cet itinéraire d’un picaro est, en tout cas, rapidement devenu lui-même un livre-voyageur bien au-delà de l’aire hispanophone.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *