Le jeu des noix

Le jeu des noix (ou jeu de pair-impair) est des plus simples. Il remonte à l’Antiquité et est cité jusque dans Pinocchio. Il est populaire parmi les enfants au Moyen Âge et au XVIe siècle. On en trouve une représentation chez Brueghel:

Mathurin Cordier l’évoque également dans ses Colloques (1564), avec une finalité typiquement humaniste: l’éveil à la réflexion philosophique et à la piété. Car le jeu devient prétexte à un débat avec l’enfant qui a perdu:

Les Colloques de Mathurin Cordier, divisés en quatre livres, trad. de latin en français, Rouen, Jean de la Mare, 1631, Le Mans, Médiathèque Louis Aragon (fonds ancien), BL 8* 3028 (Photo: PL). Ed. princeps : Colloquiorum scholasticorum libri III, Lyon, 1564.

Quel est le rôle respectif de la Fortune (le hasard) et de la Providence? Dieu a-t-il voulu que je perde au jeu pour éprouver ma constance dans l’adversité?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme si Dieu se souciait du jeu des petits enfants…

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *