Hors école

À l’occasion des vacances scolaires, rappelons les paroles de Montaigne qui, déçu des collèges de son temps, « vraies geôles pour une jeunesse captive », voit plus de profit à exercer le jugement des enfants hors école :

A la verité, nous voyons encores qu’il n’est rien si gentil [noble] que les petits enfans en France : mais ordinairement ils trompent l’esperance qu’on en a conceue, et, hommes faicts, on n’y voit aucune excellence. J’ay ouy tenir à gens d’entendement que ces colleges où on les envoie, dequoy ils ont foison, les abrutissent ainsin.

Au nostre [l’enfant de bonne maison à éduquer], un cabinet, un jardin, la table et le lit, la solitude, la compaignie, le matin et le vespre, toutes heures luy seront unes, toutes places luy seront estude : car la philosophie, qui, comme formatrice des jugements et des meurs, sera sa principale leçon, a ce privilege de se mesler par tout.

(Essais, I, 26, « De l’Institution des enfans »).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *