La passion des belles lettres peut-elle naître spontanément chez l’enfant?

Érasme le pense, en se fondant sur son propre exemple:

Ma propre expérience, mon très cher Sapidus, me montre combien la nature possède une étonnante puissance, et même une énergeia. Dans mon enfance, les bonnes lettres étaient bannies des écoles élémentaires – l’assistance même de livres et de maîtres manquait – et aucun prestige susceptible d’éperonner l’esprit n’était attaché à leur étude. Au contraire, tout était même fait pour nous en détourner et nous pousser vers d’autres. Pourtant, malgré ces circonstances, une sorte d’instinct – et non mon jugement, car je ne pouvais en avoir à mon âge – m’emportait, comme aspiré, vers les Muses.

Mais si l’on veut rétablir les arts et les lettres, il ne faudrait pourtant pas compter sur le seul instinct poussant miraculeusement un enfant isolé vers les Muses, mais bien réformer les écoles, poursuit Érasme dans son premier écrit, Les Antibarbares.

(Les Antibarbares, lettre d’Érasme à Joannes Sapidus [préface], in Bibliothèque humaniste idéale, éd. Jean-Christophe Saladin, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 188, trad. inédite du latin par Claire César)

Illustration: Vincenzo da Foppa, Le jeune Cicéron Lisant, 1464, [fresque, 1,016 m x 1,437 m], Wallace Collection [Photo RMN]

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *