« Et je n’ai pas jugé indigne d’un savant de se tourner vers les lettres de l’alphabet »

Se mettre à apprendre les lettres de l’alphabet quand on est un professeur de droit et un érudit reconnu anobli par l’empereur, cela demande bien de l’humilité: c’est qu’a dû faire Johannes Reuchlin (1455-1522) pour assimiler les bases de l’hébreu tout en affrontant les quolibets de tous, comme il le raconte dans une lettre à son frère en ouverture de son De rudimentis hebraicis :

Or, voilà qu’on imprime des bibles en hébreu un peu partout en Italie, et n’importe qui peut facilement les acheter à bas prix s’il le désire. Cependant, jusqu’à présent, on n’a pas réussi à trouver parmi tous les hommes instruits un seul, ni aucun autre capable d’exposer, pour la très sainte théologie, la langue hébraïque aux chrétiens à la façon des instituteurs.

Par piété pour les Lettres sacrées, Reuchlin s’attelle donc à la tâche, avec l’aide de livres et de rabbins. C’est que la survie des juifs n’étant pas assurée, celle de l’hébreu ne l’est pas non plus, pense-t-il:

Car je ne suis souvenu de la situation misérable des juifs de notre époque, qui ont été chassés de force pas seulement d’Espagne, mais aussi des frontières d’Allemagne et contraints de rechercher de nouveaux séjours jusque chez les Sarrasins, au point qu’il arrivera que la langue hébraïque viendra à manquer et à disparaître par notre faute, entraînant la grande ruine des Saintes Écritures.

(Préface du De rudimentis hebraicis, in Bibliothèque humaniste idéale, éd. Jean-Christophe Saladin, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 164-168, trad. inédite du latin)

C’est ainsi que Reuchlin fit paraître (en latin) le premier dictionnaire hébreu assorti d’une grammaire en 1506. Notice du catalogue


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *