Les « battles » existaient déjà au XVIe siècle…

On y voyait une excellente méthode pour exercer l’esprit des jeunes gens. Non sans certains abus – nous dit l’humaniste Juan Luis Vivès qui juge sévèrement les disputationes scolastiques:

Pour eux, le seul fruit des études, c’est de ne pas céder à l’adversaire, de l’attaquer sans trembler, de soutenir ses assauts, de connaître à fond les forces, les techniques, les pièges nécessaires pour l’anéantir. Et c’est à cette activité (noble entre toutes et éminente ô combien!) qu’on décida d’habituer l’enfant dès son plus jeune âge, de l’exercer sans répit. L’algarade commence à la naissance, et ne s’arrête qu’avec la mort. Le jour même où un gamin entre à l’école, on lui demande de disputer: il apprend à se quereller qu’il ne sait pas encore parler!

(De Disciplinis, 1531, 1re partie: De corruptis artibus, traduit du latin par Tristan Vigliano, in Bibliothèque humaniste idéale, éd. Jean-Christophe Saladin, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 344)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *